Une interview presque vraie…

Les (presque) interviews de La lettre d’Ensemble pour Taninges.

 

Ambiance solennelle et quelque peu tendue en ce samedi 5 avril lors du premier conseil municipal suivant l’élection controversée de l’équipe d’ Y. Laurat.

A l’ordre du jour, l’élection du maire et de ses adjoints.

Voici, dans un montage subjectif (nous avons simulé une interview croisée en reprenant de vrais extraits des discours prononcés) des prises de parole de Fernand Deschamps, doyen de l’assemblée, Sébastien Montessuit, chef de file d’Ensemble pour Taninges, et Yves Laurat, maire sortant. Si vous préférez les images à la lecture, ce montage est aussi disponible en vidéo. Si vous en voulez plus, retrouver sous ce lien l’intégralité des discours prononcés.

 

EpT : Que vous inspirent les nouvelles règles appliquées lors de ces élections municipales ?

F. Deschamps : « Saluons l’initiative de la parité, qui aura donné à la gent féminine, d’une façon ferme et définitive, la possibilité d’expression que la pratique avait tendance à oublier ».

 

EpT : Regrettez-vous les anciennes modalités ?

F. Deschamps : « Qu’il était doux, ce moment de grâce, où d’un coup de crayon rageur, on pouvait exprimer sa rancœur et son mécontentement. »

 

EpT : Un mot sur cette campagne très disputée ?

F. Deschamps : « Taninges se sera tristement illustré lors de cette campagne, et 2014 sera à jamais marquée par ces élections ».

S. Montessuit : « 2014 restera en tout cas une grande année, un grand cru pour ce qui est du réveil démocratique de cette commune ».

Y. Laurat : « Je crois que nous avons fait une campagne de projet et une campagne qui restera sans tache ».

 

EpT : Et la campagne a été rude…

F. Deschamps : « Par les coups reçus, nos concurrents ont réussi quelques fois à me faire monter l’adrénaline ! »

S. Montessuit : « S’il y a eu des coups, ils ne sont jamais venus de nous ».

Y. Laurat : « Il faut que cesse certains excès de langage et certaines rumeurs… »

 

EpT : Qu’avez-vous ressenti le dimanche soir de l’élection ?

Y. Laurat : « Ce sont des moments particuliers, ce n’est pas la première fois que nous sommes élus, mais c’est la première fois que c’est aussi serré, ça donne de l’émotion qu’il faut savoir contenir. »

F. Deschamps : « Le résultat serré démontre, une fois de plus, que les voix n’appartiennent à personne, et que chaque voix compte. »

S. Montessuit : « Elles n’appartiennent à personne, mais peut-être que les électeurs auraient aimés savoir que vous ne refusiez pas certaines voix.

Peut-être que les électeurs auraient aimés connaître, que des rapprochements étaient possibles, et qu’éventuellement, à l’annonce du résultat de dimanche, vous auriez une victoire à partager, en bonne harmonie.

Il y a au moins une chose que tout le monde peut attester, c’est qu’il y a eu des moments de joie partagée, de congratulations réciproques, entre deux listes qui pour nous, ne pouvaient pas être compatibles, à savoir, celle de M. Laurat, et celle de M. Grevaz. »

 

EpT : Mais vous-même, M. Montessuit, n’avez-vous pas tenté un rapprochement avec la liste dite « des jeunes » entre les deux tours?

S. Montessuit : « La transparence, cela consistait après le 1er tour à s’adresser à ceux qui, pour nous, étaient les seuls interlocuteurs possibles, concrètement Jules Curtil et son équipe. Nous leur avons proposé de rassembler nos candidatures, de fonder une seule liste et de leur donner la possibilité d’avoir deux élus et des moyens pour porter leur projet. »

 

EpT : M. Montessuit, pourquoi se présenter à l’élection au poste de Maire de Taninges ? Objectivement, vous n’avez aucune chance d’être élu au vu des rapports de force en présence ?

S. Montessuit : « Eh bien pour une chose très simple: Il est possible aussi d’offrir une opportunité à ceux, qui, dans l’équipe de M. Laurat, n’étaient pas forcément au courant, de ce qui n’était peut-être pas un accord avec M. Grevaz, mais qui, en tout cas, a pu être interprété comme tel par les uns et les autres. Et ces gens auront l’occasion, dans cet isoloir, de voter blanc, pourquoi pas de voter pour moi, mais au moins de marquer leur désaccord vis-à-vis de ce qui, aujourd’hui dans notre commune, provoque quand même pas mal de commentaires. »

 

EpT : Et maintenant ?

Y. Laurat : « Aujourd’hui, il faut se tourner vers l’avenir, construire ensemble cette commune, raccommoder un tissu qui a été quelque peu déchiré pendant cette campagne. »

F. Deschamps : « Travaillons avec fierté pour que notre projet se mette en place, mais mesurons aussi l’étroitesse de la victoire et tirons-en les conclusions qui s’imposent. »

S. Montessuit : « Il est bon quand même de rappeler que pour l’instant, le résultat est soumis à l’arbitrage impartial de l’Etat, donc ce que nous faisons aujourd’hui ne sera peut-être que provisoire… »

 

EpT : Le mot de la fin ?

F. Deschamps : « N’oublions pas que Taninges est une belle et grande dame qui mérite d’être courtisée, voire cajolée. Mais j’ai cru ressentir profondément une fissure sociale dans la population de notre commune. »

Y. Laurat : « Retrouvons nous tous ensemble, Jacquemards anciens et Jacquemards plus récents, pour que l’avenir de cette commune soit notre avenir commun. »

S. Montessuit : « Avec toute l’envie qui est la mienne et qui nous a animé tous pendant ces dernières semaines, je me mettrai au service de la commune, du moins jusqu’au résultat définitif que voudra bien valider l’Etat. »

 

Au final, Yves Laurat a été réélu sans surprise Maire de Taninges par 18 voix contre 5 à Sébastien Montessuit.

La liste de 6 adjoints (Maryvonne Dellandréa, Alain Constantin, Marise Farez, René Amoudruz, Martine Gavard-Dubourgel, Fernand Deschamps) présentée par Y. Laurat a été élue par 18 voix et 5 votes blancs.