CCMG

Le 11 avril dernier, Stéphane Bouvet, maire de Sixt a été élu président de la communauté de communes par 15 voix contre 13 face au président sortant Jean-Jacques Grandcollot, maire de Samoëns.

C’est Yves Laurat, maire de Taninges qui a été élu premier vice président de la CCMG. Suite à un premier tour qui l’a placé à égalité avec Jean-Jacques Grancollot, ce dernier a cédé sa place au bénéfice de l’âge. Signalons que l’élection s’est faite à l’issue d’un deuxième tour au cours duquel Yves Laurat n’a recueilli que 13 voix sur 28 élus.

Le conseil communautaire du 25 avril dernier avait pour premier objectif d’élaborer la composition des commissions de travail. La CCMG s’appuie en effet sur quatre commissions comptant entre huit et dix membres chacune, l’idéal étant qu’elles comportent au moins un représentant de chaque commune :

  • Administration générale, finance et économie.
  • Environnement, ordure ménagère, déchetterie, forêt, agriculture, sentiers, gestion des espaces naturels.
  • Gestion du patrimoine bâti, transfert des bâtiments, schéma de cohérence territorial (il s’agit d’un document d’urbanisme à l’échelle du territoire).
  • Services : enfance, jeunesse, sportifs de haut niveau, EPAD, transport scolaire, navette.

A ces quatre commissions se rajoutent deux autres commissions spéciales : la commission d’appel d’offre et la commission « accessibilité ».

Ont ensuite été élus les représentants de la CCMG auprès de différentes structures extérieures: le SIVOM de Cluses ( incinérateur + traitement des ordures ménagères), le CNAS (comité national d’actions sociales), le CDDRA (contrat de développement durable Rhône-Alpes), l’EPF: établissement public foncier de Haute Savoie, la SEA (Société d’économie alpestre).

Après examen des comptes administratifs de l’année 2013, le conseil s’est poursuivi par le débat d’orientation budgétaire. Ce fut le moment pour les élus d’examiner les prévisions des besoins en recettes. Le total des dépenses prévisionnelles s’élevant à 2 440 000 euros, le total des recettes attendues à 2 040 000 euros, le débat à notamment porté sur les moyens de trouver les 400 000 euros manquants. Augmentation de la fiscalité, diminution des dépenses en réduisant les ambitions de la communauté de communes notamment au niveau des services rendus, endettement, voici quelques-unes des pistes qui ont été débattues.

Dans la manière d’aborder ce débat , il est curieux de parler d’emblée budget et fiscalité avant de parler des projets de la communauté de communes. Pourquoi vouloir augmenter la capacité d’investissement de la CCMG sans avoir vraiment discuté de la feuille de route.

Deux projets ont toutefois été évoqués, celui d’un centre nautique et d’une piste cyclable tout au long de la vallée. Toutefois, aucun chiffrage précis n’est pour l’instant disponible ce qui rend le positionnement des élus difficile, particulièrement les nouveaux arrivants. Personne ne peut nier l’intérêt d’une piscine couverte aussi bien pour nos enfants que pour les touristes. Toutefois, on est en droit de s’interroger sur les répercussions financières de la construction d’un tel équipement évalué au bas mot à 12 millions d’euros, sachant que les frais d’exploitations restant à la charge de la CCMG pourraient avoisiner les 400 000 euros par an. Une piste cyclable représente également un équipement très intéressant. Il s’agirait à la fois d’un atout décisif pour le tourisme d’été, d’une solution très concrète pour le développement des modes de transport doux dans la vallée et enfin d’une matérialisation d’un lien entre les habitants de la CCMG.

Après plus d’une heure trente de discussions sur les orientations budgétaires, on a tout de même l’impression que de nombreux élus avancent à tous petits pas dans la démarche en souhaitant s’assurer à chaque enjeu discuté que la CCMG leur rapportera davantage que ce qu’elle ne leur coûtera. Il paraît difficile d’aborder les débats de ce point de vue. Même s’il est tout à fait souhaitable que nos élus veillent à ce que la pression fiscale ne s’alourdisse pas trop, il serait important que chacun soit conscient que la CCMG peut permettre d’envisager des réalisations que nos communes seraient incapables de porter individuellement car trop lourdes. La CCMG devrait davantage être vue comme une chance que comme une contrainte. Pour cela, il faudrait également que les habitants en soient convaincus mais comment pourraient-ils l’être sachant que leurs représentants le sont aussi peu. Ce ne sont pas de plaquettes en papier glacé dont les habitants ont besoin mais d’un peu plus d’enthousiasme de la part de leurs représentants !